Après les attentats, pour une réflexion citoyenne avec les élèves : texte du Général de Gaulle , Paris libéré

Publié le par fabercours

 

Intégrer dans le cours une réflexion simple et efficace avec un grand classique des discours qui ont marqué l'histoire.

 

Nous avons pu échanger avec mes élèves, à partir d'un texte qui n'a rien perdu de son impact, des annéees après.

 

Les élèves ont été très agréablement concentrés et respectueux, ils ont échangé en citoyens avertis et conscients que les droits et les devoirs ne sont pas un dû mais la responsabilité de chacun.

Dans le calme, certains ont voulu répété "Vive la France!" ainsi que notre devise nationale : Liberté, Egalité, Fraternité.

J'ai souligné les passages qui me paraissent particulièrement intéressants :  dans l'émotion et le respect face à un tel drame.

 

Allocution du Général De Gaulle

 

Pourquoi voulez-vous que nous dissimulions l'émotion qui nous étreint tous, hommes et femmes, qui sommes ici, chez nous, dans Paris debout pour se libérer et qui a su le faire de ses mains.

 

Non ! nous ne dissimulerons pas cette émotion profonde et sacrée. Il y a là des minutes qui dépassent chacune de nos pauvres vies.

 

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.

 

Eh bien ! puisque l'ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle. Elle y rentre sanglante, mais bien résolue. Elle y rentre, éclairée par l'immense leçon, mais plus certaine que jamais, de ses devoirs et de ses droits.

 

Je dis d'abord de ses devoirs, et je les résumerai tous en disant que, pour le moment, il s'agit de devoirs de guerre. L'ennemi chancelle mais il n'est pas encore battu. Il reste sur notre sol. Il ne suffira même pas que nous l'ayons, avec le concours de nos chers et admirables alliés, chassé de chez nous pour que nous nous tenions pour satisfaits après ce qui s'est passé. Nous voulons entrer sur son territoire comme il se doit, en vainqueurs. C'est pour cela que l'avant-garde française est entrée à Paris à coups de canon. C'est pour cela que la grande armée française d'Italie a débarqué dans le Midi ! et remonte rapidement la vallée du Rhône. C'est pour cela que nos braves et chères forces de l'intérieur vont s'armer d'armes modernes. (...) Ce devoir de guerre, tous les hommes qui sont ici et tous ceux qui nous entendent en France savent qu'il exige l'unité nationale. Nous autres, qui aurons vécu les plus grandes heures de notre Histoire, nous n'avons pas à vouloir autre chose que de nous montrer, jusqu'à la fin, dignes de la France. Vive la France !

 

Discours de l'Hôtel de Ville de Paris, 25 août 1944

Publié dans 3E, 6e

Commenter cet article